I blog to build technology mindfulness in the fast-paced digital realm. I talk about staying safe, finding balance and having fun behind our screens.

Let’s be e-responsible !

Outil : AdNauseam

janvier 20, 2017

Un bloqueur de publicité qui sabote le pistage publicitaire en cliquant systématiquement sur chaque publicité rencontrée (et bloquée) lors de la navigation – le but étant de fausser les données publicitaires collectées par les régies grâce à ces clics artificiels. AdNauseam  dénonce ainsi les dérives d’un tracking  publicitaire devenu excessif et mettant à mal la vie privée des internautes – preuve que le concept fonctionne, il dérange : la version Chrome de l’extension a été bannie par Google de son Chrome Web Store  !

Compatibilité : Firefox, Chrome, Opera
Facilité d’utilisation : 👪 tout public
Open-source : ✅
Prix : 🆓

>> AdNauseam.io <<

USA : Chers touristes, la douane veut désormais connaître vos profils sur les réseaux sociaux

janvier 18, 2017

Décidément, le cauchemar du ‘Big Brother’ numérique semble n’en plus finir de l’autre côté de l’Atlantique… La dernière en date à avoir mis mes nerfs à rude épreuve ? L’apparition depuis fin décembre 2016 d’une section « réseaux sociaux » sur le formulaire ESTA que doivent remplir les touristes souhaitant se rendre sur le territoire étasunien dans le cadre du programme d’exemption de visa (séjours touristiques de moins de 90 jours pour les ressortissants de 38 pays, dont la France of course).

En clair, l’administration américaine invite donc bel et bien les voyageurs à déclarer leurs identifiants de profils pour une quinzaine de réseaux sociaux dans leur demande d’autorisation de séjour :

Proposée en juin dernier par le Département US de la Sécurité Intérieure, la mesure avait évidemment suscité une forte levée de boucliers du côté des organismes de défense des libertés – dont plusieurs s’étaient d’ailleurs unis pour exprimer conjointement leurs craintes. Mais rien n’y a fait : argument « anti-terrorisme » balancé sur la table, programme validé et déployé par la team Obama  sous couvert – encore et toujours – d’assurer la sécurité nationale. L’analyse de vos publication en ligne va donc permettre de vérifier que vous ne représentez pas une menace… même « juste » pour des histoires de travail dissimulé – tiens c’est drôle, ça me rappelle quelque chose !

Alors oui, effectivement, ladite section ‘sociale’ est optionnelle – rien ne nous oblige à la remplir. Du moins pour le moment. Mais quand bien même, sa présence n’en reste pas moins extrêmement préoccupante comme le montrent les différents arguments soulevés par ces opposants :

  • Un formatage des populations :
    Pour l’ONG Access Now, « techniquement, le choix de compléter ces informations est volontaire, mais tout le processus pour pouvoir entrer aux États-Unis est déroutant et la plupart des voyageurs rempliront l’intégralité du formulaire, ne serait-ce que pour éviter de devoir répondre à des questions supplémentaires de la part de douaniers intimidants et mal informés – les mêmes qui décideront lesquelles de vos blagues en ligne sont drôles et lesquelles font de vous un risque pour la sécurité ». On habitue donc les gens toujours un peu plus à coopérer en acceptant de réduire leur propre vie privée, on formate – et ça marche : point moi-gé-rien-na-cacher  atteint dès la première personne interrogée sur le sujet au 20h ! En outre, on a déjà pu voir que la notion de « facultatif » finit souvent par être bien relative, comme pour les scanners corporels dans les aéroports
    .
  • L’absence totale d’encadrement :
    « Il y a très peu de règles qui encadrent la façon dont ces informations sont recueillies, stockées, diffusées à d’autres structures, et il n’existe aucune directive sur la limitation de l’utilisation de ces informations par le gouvernement », note Michael W. Macleod-Ball de l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), interviewé par Politico.
    .
  • Un accès pour le gouvernement américain à des donnés particulièrement sensibles :
    Dans leur lettre de coalition contre cette proposition de collecte des identifiants de réseaux sociaux, les associations avaient prévenu que ce nouveau programme pourrait offrir aux instances gouvernementales des « passerelles vers d’immenses collectes de données qui peuvent refléter des informations très sensibles sur les opinions, croyances, communauté et identité d’une personne ».
    .
  • Un probable effet d’entraînement sur d’autres pays :
    Il ne faut pas oublier que les États-Unis sont un « modèle » (*soupir*) sur la scène internationale, et qu’une telle mesure de leur part pourrait donner de mauvaises idées à d’autres gouvernements « démocratiques ou non ». Après tout, si les USA le font !
    .
  • Une atteinte à la liberté d’expression :
    Si je sais que ce que je dis ou partage sur Twitter va être consulté par les autorités pour m’accorder ou non le droit d’aller manger des frites à l’ail à San-Francisco, je vais (même sans m’en rendre forcément compte) éviter d’exprimer des idées allant à l’encontre de l’opinion perçue comme étant majoritaire – ou qui mettraient en cause la suprématie américaine, que ce soit au niveau politique, économique, etc. Et dommage pour moi si mes tweets  expriment une position anti-Trump, disent haut et fort que Snowden est un héro ou appellent au boycott  des McDo (cherchez l’intrus). Comme toujours, se savoir observé mène à une forme d’auto-censure plus ou moins consciente, amenuisant ainsi notre liberté d’expression.

Vous voilà informés sur cette nouvelle aberration sécuritaire qui saura, à n’en pas douter, démontrer son efficacité redoutable… en matière de surveillance. Si vous êtes amenés à remplir le fameux ESTA pour vous rendre chez nos amis ricains, prenez alors soin de sélectionner (tant que c’est possible) « Je ne veux pas révéler les informations de mes médias sociaux », histoire de ne pas cautionner cette demande loin d’être anodine. Et sinon, n’oubliez pas que le monde est grand avec plein d’autres beaux pays à voir où l’on ne vous demande pas (encore) de montrer vos posts Facebook ou vos morceaux de code sur Github à la douane…

1 2 3

Congrats ! You’re now subscribed !

This means you’ll receive future e-responsible posts directly in your inbox.

If you change your mind, an unsubscribe link is to be found on each issue you’ll receive.